Radar automatique - Identification des motards.

Discussions: permis à points, stages de récupération, contrôle radar fixe ou mobile, droit routier, examen du code de la route, contestation devant le tribunal de police ou administratif...
Règles du forum
Ce forum est dédié aux discussions concernant : permis à points, stages de récupération, contrôle radar fixe ou mobile, droit routier, examen du code de la route, contestation devant le tribunal de police ou administratif...
IMPORTANT : Ce forum est un forum d'échanges entre particuliers. Si vous recherchez les conseils d'un avocat, nous vous recommandons de consulter l'annuaire des avocats membres de l'association.

Radar automatique - Identification des motards.

Messagepar Le benet » Jeu Sep 07, 2006 8:40 pm

Bonsoir

Vous pouvez vous rendre compte que peu de motards se soucient des radars automatiques prenant de face et pour cause.
Il y a quelques jours j'ai eu l'occasion de discuter avec quelqu'un travaillant à la DDE qui m'a fait part qu'à la réception des photos vitesse mettant en cause un motard de face donc non identifiable, le centre de RENNES s'attachait à zoomer sur les vignettes assurances placées généralement sur la fourche de la moto afin de relever l'immatriculation.
Quelqu'un a t'il des infos sur ce sujet ?
Merci
Le benet
 


Messagepar Vattimo » Ven Sep 08, 2006 1:05 am

Bonsoir,

Euh, c'est pour une nouvelle série US :)

Si vous téléphonez au CACIR simplement au titre de l'automobiliste lambda souhaitant voir quelle tête il a suite à un excès de vitesse, ils vous répondront, que 90% des photos prises ne révèlent que la plaque d'immatriculation...

Preuve s'il en était que du moment que le titulaire de la carte grise doit toujours payer, alors pourquoi s'em... ?

D'autant que le titulaire de la CG contestant et pouvant prouver qu'il ne pouvait commettre cette infraction car il était à Tombouctou pendant 5 mois et ne sais pas qui pouvait bien conduire ce jour-là doit être un cas rare ;

Egalement, dans le même ordre, pourquoi alors placer et installer de plus en plus de radars qui flashent par l'arrière si ce n'est pour les motards ?

Et pour finir, avez-vous déjà retouché des images ? prenez un app. photo numérique et montez la résolution a fond ;

Voyez déjà le poids d'une photo, certes c'est des liaisons haut débit mais avec le nombre d'appareils qui tous convergent vers un même lieu, ce n'est plus un cable en cuivre ou optique qu'il faut mais un oléoduc :D

Maintenant imaginez un carré de 4cm sur 4cm (taille de la vignette) et en supposant qu'elle soit bien tournée dans le bon sens (ah ces motards...) flashée à une distance de 20m, sans matière réfléchissante d'ailleurs (tiens, pourquoi il y en a sur les plaques minéralogiques ?), faites le test et passez à x2000 sur un outils de traitement numérique que vous n'y verrez toujours rien de rien (ah ces foutus pixels carrés...) ;

Mais dans un sens comme dans l'autre, le résultat est le même : que les motards tournent toujours leur vignette dans le sens du vent et de la pluie, elle s'use plus vite, et si c'est vers l'intérieur de manière à garder pendant 1 an une inscription pas trop... délavée, qui verra quoi ? :lol:

Allez... bonne nuit !
Vattimo
 

Re: Radar automatique - Identification des motards.

Messagepar Camille » Ven Sep 08, 2006 3:42 pm

Bonjour,
Rien à ajouter.
Si, peut-être :
Le benet a écrit:le centre de RENNES s'attachait à zoomer sur les vignettes assurances placées généralement sur la fourche de la moto afin de relever l'immatriculation.

Et il feront comment devant un juge si le motard décide d'aller jusqu'au bout de la procédure ? Ils amèneront tout leur bataclan ?
Parce que, oui, Vattimo, ce serait probablement techniquement possible - si la vignette est correctement orientée - avec un (super musclé) logiciel de corrélation, tels que ceux utilisés dans le militaire, mais, ce ne sont pas du tout les mêmes buts. Dans le cas que j'évoque, il ne s'agit pas de constituer une preuve pour un juge, parce que ça n'aura aucune valeur juridique, mais de tirer sur un char... (et c'est vrai qu'on ne cherche pas non plus, dans ce cas, à relever le n° minéralogique du char...) :D
Camille
 
Messages: 782
Enregistré le: Ven Fév 17, 2006 5:39 pm
Localisation: France

Messagepar Le benet » Ven Sep 08, 2006 4:54 pm

Ok, ca me semblait aussi bizarre, mais maintenant on se dit que ne fera t'il pas pour identifier. Je sais pas contre que sur les plaques d'immatriculation ils mettent beaucoup d'ardeurs pour les identifier lorsqu'elles sont peu visibles.
Le benet
 

Messagepar jen » Ven Sep 08, 2006 10:43 pm

merci.
Cela dit, je vais tout de même changer la position de ma vignette d'assurance. On ne sait jamais.
jen
 

Messagepar E-Max » Sam Sep 09, 2006 12:08 am

jen a écrit:merci.
Cela dit, je vais tout de même changer la position de ma vignette d'assurance. On ne sait jamais.


:lol: :lol:

Pour réagir, ca me parait peu probable, comme il a été expliqué, il faudrait une sacré machine pour pouvoir zoomer jusqu'a la vignette, et surtout distinguer les quelques caractères :shock:
Le centre de Rennes doit surtout recevoir de jolies photos de majeurs levés de la part de nos amis motards !!
E-Max
 

Messagepar chris94 » Sam Sep 09, 2006 12:47 am

Bonsoir,

désolé de contredire certains, mais cela existe vraiment. En effet, les services de polices en radars embarqué ou au centres des photos, ils zoom effectivement sur la vignette d'assurance pour identifier la personne mise en cause.

Cela est déjà arrivé à plusieurs reprises. Et pour ceux qui disent que vu qi'il a un casque on peut pas l'identifier, ba alors les motards ne se font jamais prendre dans ce cas là par les radars automatiques ? Tout le monde dit la même chose : "ce n'était pas moi ... je ne sais plus qui conduisait ma moto" La police te les gendarmes en on surement assez d'entendre ça a longueur de journée.
chris94
 

Messagepar Vattimo » Sam Sep 09, 2006 11:42 am

Bonjour,

Non non non du tout du tout... il ne faut pas tout mélanger...

Reprenons sur les caractéristiques numériques :

Le capteur d’un appareil photo est composé de pixels qui réceptionnent la lumière et constituent la base d’une image. Chaque pixel est un point de couleur unique d’une image, l’ensemble constituant l’image entière. Le nombre de pixels d’une image est appelé « définition ». Une image dont la définition est de 1600x1200 pixels non interpolés a été générée à partir de 1,92 millions pixels ;

L'interpolation est une technique logicielle augmentant la définition d'une image en créant des pixels intermédiaires dont la couleur est calculée à partir de celle des points adjacents. Ce qui ne permet évidemment pas d'ajouter des détails qui n'auraient pas été captés ! ;

L ’interpolation consiste donc à insérer entre les pixels de base des pixels « virtuels » dont la couleur sera générée par un algorithme à partir des pixels contigus. Ce sont donc des pixels créés de toute pièce par une formule mathématique et ils ne correspondent pas à une captation de lumière réelle. Cela permet de gagner en définition mais corrélativement de perdre en qualité ;

Ce n’est donc que l’illusion d’un grossissement de l’image, avec dégradation inévitable et irrémédiable de la qualité ;

Alors qu'en est-il réellement, cad juridiquement parlant ?

Que la photo prise soit par le Mesta 208 B ou Mesta 210, couplé au système de prise de vue, est déposée et homologuée dans sa configuration de fonctionnement normal ;

Il est dit dans les fiches d'homologation :

".../... chaque fichier contient les deux prises de vues et les informations nécessaires à l'établissement d'un procès-verbal sous forme 'texte' ; à chaque prise de vue sont adjointe, sous forme d'un bandeau, les données réglementaires..." ;

Pour rappel, le radar Mesta 210 prend 2 photos séparées de 50 millisecondes : la 1ère vue concerne l'ensemble du véhicule de manière à voir le conducteur - la 2ème pour mieux distinguer la plaque (en clair, c'est avec flash et sans flash) ;

Que les services de police doivent utiliser le matériel, entre autres, suivant une notice technique précise ;

Que le dépôt de modèle comprend, entre autres : "les plans, schéma et notice" ;

Qu'il n'existe pas de système de zoom sur ces matériels ;

Que toujours sur les fiches d'homologation, on peut lire : " la station d'exploitation des prises de vues est détenue par un centre de traitement. Elle a pour fonction de collecter les fichiers.../... et de les exploiter " ;

Qu'il n'existe pas de tels traitements spécifiquement prévus par les textes ;

Toute autre utilisation, manipulation... est donc non conforme à l'homologation des systèmes automatiques et de traitement des images ;

Que dans le cadre du fonctionnement en éloignement, c'est pareil sauf qu'on ne voit pas la tête du motard... et de face on ne voit donc... rien car s'il a la tête dans la bulle 8) et la plaque fixée à l'arrière...

L'art. L.121-3 du CR ne concerne en réalité que très peu les automobilistes mais surtout les motards : " le titulaire du certificat d'immatriculation du véhicule est redevable pécuniairement de l'amende encourue pour des contraventions à la réglementation sur les vitesses maximales autorisées à moins qu'il n'apporte tous éléments permettant d'établir qu'il n'est pas l'auteur véritable de l'infraction " ;

Qu'il n'existe aucune obligation de dénoncer qui que se soit (cass. 17 fév. 2004) ;

Que si l'accusation ne peut pas prouver qui conduisait au moment où l'infraction a été commise et que le titulaire de la CG ne peut pas prouver que ce n'était pas lui qui conduisait, il sera redevable de l'amende ;

Ou dois-je donc lire les histoires (légales) de vignette ?

Ou dois-je donc lire les histoires (légales) de zoom ?

Ou dois-je donc lire sur les services de police ?

Ou dois-je donc lire sur les centres des photos ?

Qu'en conséquence, tout autre bla-bla relève de l'élucubration dénuée de tout fondement juridique ;

Quà ce titre, Corneille disait " A force d'être juste, on est souvent coupable". Alors oui, je suis coupable d'être simplement juste et précis avec les dispositions légales...

Bonnes réflexions...
Vattimo
 

Messagepar Camille » Sam Sep 09, 2006 12:49 pm

Bonjour,
D'accord, dans l'ensemble, avec le brillant exposé de Vattimo, avec toutefois un léger bémol (mais qui ne change, pour l'instant, pas grand-chose)...

Extrait de la dernière pub d'une société française bien connue pour son implication dans la fabrications des radars routiers et dont le nom commence par un S...
MESTA VPS (Violation Processing Station)
Station de traitement des infractions
Nos équipements sont proposés avec un logiciel spécialisé développé par S**** (non, c'est pas s****), désigné sous le nom de MESTA VPS (Violation Processing Station). Ce soft permet de:
• décoder les messages d’infractions
• visualiser les photos et les paramètres d’infractions
• faire des recherches ciblées de messages d’infractions
traiter l’image: zoom sur la plaque
• élaborer des statistiques


Mais, comme le dit Vattimo, quelle portée juridique ?
Cette fonction permet surtout à l'examinateur de mettre toutes les chances de son côté pour expédier l'avis de contravention au "bon interlocuteur".
De là à ce que cette fonction, c'est-à-dire l'image résultante, puisse faire office de preuve devant un tribunal...
"Bonjour monsieur le Président, voici la photo que j'ai trafiqué moi-même par un procédé non homologué et je n'ai aucun moyen de vous prouver que cet agrandissement correspond bien à la photo d'origine, c'est donc bien la preuve que..."

Donc, dans l'état actuel des choses et à moins que la jurisprudence évolue défavorablement, je dirais que "y a pas photo"...

(Cela dit, pour des applications tout à fait différentes dont je parlais plus haut, j'ai eu l'occasion d'assister à des démonstrations de traitement d'image où à partir d'une image presqu'uniformément grise, on obtenait très nettement l'image d'un char planqué derrière un voile de camouflage - pour les besoins de la démo - et pareil même chose en situation plus réelle derrière une bâche de camouflage traditionnelle)(mais là, à part prouver l'efficacité du traitement, on ne cherchait pas à prouver une infraction pour un tribunal...)
Camille
 
Messages: 782
Enregistré le: Ven Fév 17, 2006 5:39 pm
Localisation: France

Messagepar Vattimo » Sam Sep 09, 2006 3:42 pm

Bonjour,

Merci Camille ;

Ce soft (Mesta VPS) est destiné aux centres de traitement (CACIR) ;

Peut-être qu'il équipera plus tard le ou les CACIR mais actuellement ce n'est pas le cas ;

Qu'en effet, la station Mesta VPS n'a été concue que pour traiter les images des Mesta 1000 - 2000 - 3000 ;

Que ces derniers, s'ils sont au catalogue constructeur, ne sont pas en vente et surtout n'ont pas été homologués ;

Et rien ne dit que la station sera compatible avec les Mesta 208 M (c'est bien le 208 M et non B comme noté par erreur sur mon précédent post) et 210...

Que peut-être cette fonction 'zoom' a pour objet d'éviter la prise de deux photos ? mais en l'état des textes et homologations en vigueur à ce jour, ce n'est que pure spéculation et donc digression sans intérêt...

Qu'en conséquence, leur utilisation à ce jour est interdite.

Quant au Mesta 208 & 208 M précité, il est dit dans la fiche d'homologation : " lorsque l'ouverture d'un couple de fichier est autorisée, l'affichage comprend deux images du même véhicule, décalée de 20 ms et différemment illuminées.../... L'impression d'un relevé comprend obligatoirement les deux images précitées " ;

Et en remarques, entre autres, spécifiées dans la fiche :

" Le logiciel installé dans la station de lecture n'a pas de fonctionnalité métrologique. Il permet d'assurer la visualisation des prises de vues et leur impression.../... " ;

Que les Tribunaux doivent donc avoir une (si c'est suffisant) ou les deux photos légales et rien d'autre ;

Qu'en autre conséquence, le Parquet ne peut même pas apporter une photo retouchée, trafiquée ou autre... rien de rien que neni ! visualisation - impression et point barre ;

Qu'ine fine, les tribunaux ont reconnu l'opposabilité des prescriptions techniques des notices des constructeurs de radars (Cour d'appel Bordeaux 21 mars 1985 - Cour d'appel Versailles 9 avril 1986 - Cour de cassation 28 mai 1986) ;

Je n'en parle même pas dans ce post, je n'ai parlé que des prescriptions techniques et autres spécialement prévues dans les fiches d'homologation qui seules, en principe, ont valeur légale ;

Que les Tribunaux ont donc étendu leur contrôle sur d'autres documents (mode d'emploi, mise en service, circulaires internes aux FDO...) pour apprécier la réalité d'une infraction et renvoyer des fins de la poursuite tout prévenu soulevant (et prouvant) une utilisation non conforme à certains documents ;

Alors quant à apprécier une utilisation non conforme aux fiches d'homologation...
Vattimo
 



Retourner vers Infractions routières, permis à points

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

cron

Notre site Forum entraide auto-moto est listé dans la catégorie Automobile : Forum auto de l'annuaire Conference referencement Google